Decrypt Infos

24 juillet 2015

Le nouveau partage du monde entre ‘’Puissants’’

BEN

 


Tout cBRICS-FMI-Banque-Mondialeomme l’échec puis la chute du communisme et de l’URSS, le capitalisme sauvage est en train d’atteindre ses limites et peut entraîner celui de la mondialisation et la fin du règne américain ; la gestion du monde restant une nécessité qui doit se poursuivre à la fois pour sa survie et pour assurer sa sécurité, les désaccords actuels entre les deux grandes puissances, la Fédération de Russie et les États-Unis, laissent croire qu’il s’agit d’une simple répartition des tâches choisie entre elles et ayant chacune ses intentions bien dissimulées.







En créant le ‘’BRICS’’ le Président Poutine semble mettre en place la relève des accords de Bretton Woods de 1944 signés à la fin de la 2e guerre mondiale donnant naissance au FMI, à la Banque mondiale et en 1945 à l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) occidentaux ainsi que par le Mossad Israélien ;

1090655_apres-les-brics-le-temps-des-nouveaux-emergents-web-tete-0204137915983

cette création suivie d’une dotation de 100 milliards de dollars par Poutine, ( fonds considéré par Moscou comme une autre solution préparant la création d’institutions financières doublant celles dominées par les États-Unis) puis par celle d’une banque de développement pour le BRICS ;


 

 

 

Escape BRICSEn créant le ‘’BRICS’’ le Président Poutine semble mettre en place la relève des accords de Bretton Woods de 1944 signés à la fin de la 2e guerre mondiale donnant naissance au FMI, à la Banque mondiale et en 1945 à l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce) occidentaux ainsi que par le Mossad Israélien ;
Ce qui prouve bien qu’il s’agit d’une alternative aux organisations internationales actuelles et un refus tacite de la main mise américaine pour le contrôle du monde à travers son projet de Mondialisation ; Á quand la création d’une organisation militaire des ‘’BRICS’’ équivalente de l’OTAN ?

 

 

http://www.latribune.fr/economie/poutine-ratifie-un-accord-dotant-les-brics-d-un-fonds-de-100-milliards-de-dollars-473545.html
http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140716trib000840163/les-brics-lancent-pour-de-bon-leurs-institutions-financieres-internationales.html

Peut-être que la nouvelle donne annoncerait la fin d’un monde voire d’une civilisation occidentale en déclin ; cette nouvelle conception du Monde de Poutine certainement moins arrogante que la première mais pas moins rapace, apportera-t-elle plus de sécurité ou l’on s’apercevra dans une dizaine d’années voire un peu plus que c’est blancs bonnets et bonnets blancs , créant une situation où les prédateurs restent les mêmes et les proies aussi ?
Le temps nous le dira …

Contrairement à ce qu’on pourrait croire cette nouvelle stratégie qui rassemble les cinq membres des BRICS reste à tendance capitaliste, mais de quel capitalisme s’agira-t-il ?
Pour les pays en voie de développement tout le problème est là mais les risques possibles de confrontation entre les deux blocs restent grands et leurs conséquences désastreuses aussi !

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/les-vrais-patrons-sont-derriere-151072

Les uns voulant dominer le monde à travers la Mondialisation, le marché unique et la gouvernance mondiale, les autres refusant cette approche mais ne dévoilant pas leurs vrais objectifs camouflés habilement par des termes comme ‘’un monde plus juste et plus pacifique’’.


Un monde divers


La réponse raisonnable à la Mondialisation serait de revenir à un monde pluriel riche de par sa diversité, régi par le droit international respectant la souveraineté des États-nations, suppression du droit de veto à l’ONU qui n’est qu’un dictat des vainqueurs de la 2e GM et constitutions de nouvelles organisations internationales plus sereines non infiltrées par les services secrets d’où qu’ils viennent.

 

 

 

 

S’attaquer aux vrais problèmes relatifs à la pollution irresponsable de la nature, lutter contre la précarité, les maladies, la faim et la pauvreté, assurer l’autosuffisance alimentaire et les soins pour tous, ce qui doit se traduire par un plus juste partage des richesses assuré par des échanges équilibrés en supprimant la domination des devises fortes (dollar et euro) et en permettant des transactions commerciales utilisant les monnaies nationales des états sans considérer leur puissance (une sorte de troc modernisé par l’intermédiaire de ces monnaies), avec une multiplication des marchés au lieu d’un marché unique contrôlé par les plus puissants à travers le concept de devises fortes qui ne sont en réalité qu’une grosse arnaque (se reporter aux 600 milliards de dollars injectés dans le circuit économique par la Réserve Fédérale, une véritable monnaie de singe !).

 

 Injuste mondialisation


Pas de Mondialisation, pas de marché unique, laisser le Monde dans sa diversité qui représente sa vraie richesse car on ne change pas un cheval borgne par un cheval aveugle pour enrichir les oligopoles financiers possédés par les ‘’Banksters’’ et dirigés par une horde cosmopolite de cadres supérieurs criminels à leurs service !

Posté par MBenMansour à 11:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les dirigeants sionistes ne trompent qu'eux-mêmes ...

BEN



 

 

Voir cette intéressaperdantsnte vidéo pour mieux comprendre la roublardise des dirigeants sionistes qui ne veulent pas la paix qui veut dire pour eux, le retrait des territoires palestiniens occupés depuis le conflit de juin 1967 et la création d'un état palestinien viable; la seule chose qui les intéresse c'est d'annexer le plus de terres pour empêcher la constitution de cet état; pour cela il faut créer de toute pièce des évènements ou les exploiter honteusement comme l'enlèvement du soldat Shalit ou celui des trois étudiants disparus puis assassinés afin de les utiliser comme des opportunités d'agression en se faisant passer pour de pauvres victimes qu'il faut soutenir et défendre contre ces "affreux arabes, agressifs et maléfiques" ne laissant pas ce petit état vivre en paix !!!


Ce qui ne l'empêchera pas ensuite de commettre les pires atrocités et prétendre au même moment à leur droit naturel de se défendre en démolissant tout un peuple au su et au vu d'une communauté internationale manipulée à l'avance par un système médiatique bien huilé et possédant des moyens considérables !!!

 

Le documentaire qui n'a pas plu à Israël, France2 AIPAC Un oeil sur la planète

Posté par MBenMansour à 11:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Les dessous de l’alliance occidentale …

BEN

 Obama_G8Depuis la fin de la 2e Guerre mondiale les Alliés sortis vainqueurs ne se réduisent en réalité qu’à une sorte de conglomérat où ne règne aucune règle de déontologie à part le fait que le partenaire le plus puissant dicte sa politique à tous les autres membres en imposant sa stratégie tenant compte uniquement de ses intérêts.Cette réalité apparait à tous les niveaux d’actions, les écoutes téléphoniques et l’espionnage industriel pratiqués et reconnus par les États-Unis prouvent bien que les nations européennes ne constituent pas des états indépendants mais restent des vassaux de l’empire américain.

 

L’état d’Israël à travers ses lobby, ses banquiers juifs et tous ses réseaux d’influence infiltrés dans la plupart des rouages de la vie américaine reste une exception à cette domination mais le dossier nucléaire iranien et l’échec à le contrer du moins pour le moment, montrent bien les limites de cette influence qui, contrairement à ce qu’a dit Ariel Sharon, ne peut pas tout imposer aux États-Unis.

L’unique et véritable objectif de ce conglomérat d’apparence occidentale et d’essence hégémonique n’est que la poursuite de la domination totale et sans entrave des États-Unis sur le monde et gare aux récalcitrants qui tentent de s’y opposer ; ceci concerne de nombreux pays tels que l’Iran, la Syrie, le Venezuela, le Yémen voire l’Égypte et l’Algérie qui prônent le nationalisme et veulent garder une certaine indépendance ressentie comme un lèse-majesté par une Administration américaine exigeante vu que l’ennemi est ailleurs et représenté par la Fédération de Russie, la Chine et leurs partenaires du BRICS.

En fait le dossier nucléaire iranien n’est qu’un paravent pour dissimiler une course aux armements nucléaires sans précédent qu’engage sournoisement les États-Unis en la confirmant par son dernier essai réussi du 1er juillet avec la nouvelle bombe atomique intelligente B61-12 à système de guidage satellite et laser, pouvant être larguée à partir d’une grande distance de l’objectif, qui remplacera la B61 déjà terrifiante mais restant à chute libre et moins précise.

8 à 12 milliards de dollars sont consacrés pour la production de 400 à 500 de ce type de bombes sans compter que l’arsenal stocké dans plusieurs pays européens (l’Allemagne, l’Italie, la Pologne, la Hollande, la Belgique) représente plus de 200 bombes de 50 kilotonnes (4 fois la bombe d’Hiroshima) ; violant les accords de non-prolifération des armes nucléaires par modernisation des armes existantes, les États-Unis représente un vrai danger mondial avec un stock de 7300 bombes atomiques dont 1920 prêtes au lancement à partir d’une flotte aérienne de F15 et F16 préparée à cela ; ajouté à celui des partenaires de l’OTAN tels que la France, la Grande-Bretagne passant au total impressionnant de 8000 têtes nucléaires dont 2370 prêtes à être utilisées ;

Sans compter l’arsenal israélien s’élevant entre 300 et 400 bombes nucléaires équivalent à 4000 bombes d’Hiroshima comptant sur une flotte aérienne de 300 F15 et F16 armés de missiles « Popeye» à tête nucléaire ajoutés à 50 missiles « Jéricho II », ajoutés à six sous-marins de type « Dolphin » offerts gracieusement par une Allemagne sionisée jusqu’au cou, comme quoi la politique permanente de cet état voyou qui fourbit ses armes en dissimulant son plan expansionniste gardé secret afin de mettre la main sur le sud-Liban riche en eau et en terres agricoles, politique consistant à passer de manière abusive pour une victime a fait long feu et ne trompe plus personne.

Ainsi nous voyons bien que l’invention d’un prétendu danger nucléaire iranien n’est que propagande grossière pour camoufler le réel danger de cet arsenal disproportionné de l’OTAN dirigé par les États-Unis.

Netanyahu enragé

Tous les alliés des États-Unis ne sont en fait que de simples vassaux puisque protégés par la seule puissance militaire américaine qui cache difficilement ses ambitions impériales; nous pouvons le clamer tout haut, les États-Unis n’ont pas d’amis mais uniquement des intérêts et cela partout où ils agissent, Israël l’a bien compris, c’est un peu ce qui explique la rage de Netanyahu concernant son échec politique pour contrer le dossier nucléaire iranien.

 

 

 Cependant l’Iran est loin d’être sorti de l’auberge restant un pays en danger car la politique américaine n’est que tactique et l’activisme sioniste visant à mettre en échec le récent accord toujours intense et présent.

 

 

 

Posté par MBenMansour à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Implications des accords Irano-américains sur la région du Moyen-Orient …

BEN

1-5228-e3bc7 S’agissant d’accords comprenant des clauses non divulguées nous rappelant ceux signés par Anouar Es Sadate à Camp David aboutissant à une paix séparée avec l’Égypte, n’apportant après 38 ans ni croissance économique ni stabilité à un pays qui s’enfonce dans la dette, la guerre civile suivie d’une possible division, ces récents accords avec l’Iran comportent un certain nombre de risques et de points sombres dont les effets n’apparaitront qu’avec le temps ;  mais les acteurs restant ce qu’ils sont il ne faut se faire aucune illusion sur la suite des évènements vu que chacun cache son vrai jeu pour plus tard, dans quelques années.

 

 

http://www.europalestine.com/spip.php?article10803

 

Des éléments apparaissent au grand jour comme la levée totale et immédiate de l’embargo économique sur l’Iran ce qui laisserait à penser qu’une contrepartie de même importance serait faite sur deux points essentiels, l’Iran s’engage à ne pas fabriquer la bombe atomique et plus grave encore, ne pas menacer Israël de manière concrète sans pour autant être tenu d’éviter les altercations orales non suivies d’effet sur le terrain ; il faut interpréter correctement ce que ne cesse de répéter Obama à Netanyahu, que ces accords apporteront plus de sécurité à Israël ; opposé énergiquement à ces accords jugés dramatiques et inacceptables, Netanyahu abat déjà ses cartes faisant remarquer qu’il ne permettra jamais de son vivant la création d’un état palestinien et ceci en ne respectant pas les accords d’Oslo considérés comme la fin de son projet du Grand Israël du Nil à l’Euphrate ; il critique le programme nucléaire iranien pour mieux cacher ses 300 à 400 bombes atomiques qui sont bien réelles et son soi-disant pays qui n’est que l’usurpation de la Palestine n’a même pas signé le traité de non-prolifération nucléaire ; Netanyahu devrait nettoyer devant sa porte au lieu de donner des leçons aux autres, mais dans cet état voyou le ridicule ne tue plus.

http://www.europalestine.com/spip.php?article10803

L’Iran verra de son côté sa situation économique s’améliorer de manière tangible et continuera à jouer son rôle de puissance régionale reconnue avec la poursuite d’un programme nucléaire contrôlé mais non menacé ; les Etats-Unis renonceront à leur stratégie du chaos mise en œuvre depuis 2001, en contrepartie l’Iran s’engage à ne pas exporter sa révolution.

 

Edward SaidLes grands perdants paraissent être indubitablement la cause palestinienne qui n’obtiendra au grand maximum qu’un état croupion formé par trois bantoustans sans Jérusalem-Est dont le sort sera remis à plus tard, traduire rapporté aux calendes grecques ; comme le soulignait bien Edward Saïd les Accords d’Oslo sont un outil de capitulation palestinienne, une sorte de Versailles palestinien mettant fin au droit au retour des réfugiés qui constitue avec le statut de Jérusalem-Est la pierre angulaire de toute solution acceptable pour les Palestiniens.


 

 

 

Balkanisation de la Turquie

 

 

 

 

La Turquie d’Erdogan qui se verra amputée d’une bonne partie de son territoire par la création d’un état kurde aux dépens de l’Irak,  la Syrie et l’Iran.

­­­

 

 

 

L’Arabie Saoudite gardera un rôle régional virtuel joué réellement par Israël, son partenaire dans la guerre menée contre le Yémen; il faut rappeler que les avions saoudiens utilisés dans cette guerre sont en réalité pilotés par des israéliens.

http://www.slate.fr/tribune/73445/petrole-americain-menace-arabie-saoudite


Comptant sur leurs propres réserves pétrolières qui vont croitre dans les années à venir, les États-Unis ne seront plus dépendants du pétrole saoudien et auront moins tendance à soutenir ce pays qui devra résoudre ses problèmes sécuritaires lui-même ; en effet les attentats terroristes se multiplient de nos jours dans un pays qui n’est pas habitué à cela et sa stabilité en sort amoindrie ; des problèmes structurels intérieurs viennent s’ajouter à ce début de désordre, prouvant que l’avenir du pays reste sombre, ce qui pourrait amener les États-Unis à remplacer la monarchie d’Al Saoud par les frères musulmans, bête noire de la famille régnante et des wahhabites ; certains états du Golfe profiteront de l’aubaine pour échapper à l’emprise de ce pays comme tente de le faire le Yémen mais pacifiquement en évitant les désastres de la guerre ; la réunion du Conseil de coopération du Golfe du 14 mai, précédent la signature des accords sur le dossier nucléaire en dit long à ce sujet.

 
788969-photo-mise-le-1er-juillet-2015-sur-facebook-par-l-armee-egyptienne-de-corps-presentes-comme-ceux-de-L’Égypte devra maitriser le désordre semé par les frères musulmans depuis la destitution du président Morsi élu démocratiquement et ceci par l’intermédiaire de l’armée qui lui a confisqué le pouvoir, sans cela elle verra son rôle diminué suivi de la constitution probable d’un gouvernement d’union nationale dans lequel les frères musulmans seront forcément représentés ; la vague d’attentats sanglants commis par les terroristes de Daech dans le Sinaï alimente le chaos qui vient s’ajouter à celui d’une économie au bord de la faillite.




 

150412163934_egypt_sinai_attack_512x288_bbc_nocredit

http://www.liberation.fr/monde/2015/07/01/egypte-des-f-16-de-l-armee-bombardent-des-positions-de-l-ei-dans-le-sinai_1341073

http://www.bbc.com/afrique/region/2015/04/150412_egypt_sinai



 

684006-infographie-carte-kurdistan-syrien

 

La Syrie, avec ou sans Bachar Al Assad, sera amputée de la partie kurde de son territoire et sortira de la crise avec un rôle régional amoindri, un pays détruit et une économie en ruine ; comme pour l’Égypte la seule solution impose de sérieuses réformes et la constitution d’un gouvernement d’union nationale dans lequel aucun acteur politique ne sera exclu.

 

 

 
Comme d’habitude les grands gagnants des accords américano-iraniens restent les pays les plus forts c’est-à-dire Israël et l’Iran qui devront se partager la domination de la région du Moyen-Orient tenant compte de la dissuasion imposée par l’importance de leurs forces armées sur le terrain.

Après le retrait de la ville d’Aden consenti par l’Iran, la coalition israélo-saoudite reprend le contrôle de Bab El Mandeb qui passe en réalité sous le contrôle de l’OTAN permettant du même coup à la Saudi Ben Laden Group de construire le pont reliant le Yémen revenu sous contrôle saoudien à Djibouti et d’exploiter avec l’Iran les réserves naturelles de l’Ogaden en Éthiopie.

 1_-_1_3_-11-8e03b

 

La neutralisation des oppositions iranienne et cubaine contribue à isoler un peu plus la Chine et la Russie ; tous ces changements entrent dans le cadre du redéploiement des forces étasuniennes du Moyen-Orient vers l’Extrême-Orient où est prévue la construction par le Pentagone de la plus grande base militaire du monde à Brunei, la stabilité du Moyen-Orient étant assurée par le partage de rôle entre Israël et l’Iran conformément aux clauses secrètes de ces accords qui comme convenu sont des accords gagnant-gagnant .

 

 
Jake SullivanWilliam BurnsIl reste à souligner le rôle important joué par deux experts américains dans l’élaboration de ces accords compliqués qui sont Jake Sullivan, un des principaux conseillers d’Hillary Clinton mais qui se distingue par le refus d’un soutien aveugle à Israël et ayant moins de sympathie envers les frères musulmans, et William Burns l’adjoint de John Kerry.





Le partage des rôles pour le contrôle du Moyen-Orient est prévu officiellement entre l’Arabie Saoudite et l’Iran mais en réalité derrière l’Arabie Saoudite se cache Israël pour ne pas offenser les Arabes.

https://daniellesabai.wordpress.com/2011/02/26/conflits-en-mer-de-chine-du-sud/

Mer de Chine



Toute cette stratégie programmée pour les dix années à venir a pour seul but de contenir la Fédération de Russie qui ne s’est pas contentée de jouer le rôle de sous-puissance en continuant de travailler pour son propre compte et éviter à ce que la Chine n’accède au statut de première puissance financière lui permettant de développer son arsenal militaire considéré comme une grande menace pour l’hégémonie américaine !

Posté par MBenMansour à 09:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2015

Les accords historiques irano-américains sur le Nucléaire

 

 

 

Partenariant US-IRAN

Les accords historiques irano-américains sur le Nucléaire

Plus que jamais économie et stratégie militaire forment un même combat …

Les accords irano-américains sur le dossier nucléaire scellent-ils un nouveau partenariat ? … et pour combien de temps ? …

 

Me



  

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, la chef de
 la diplomatie européenne, Federica Mogherini et le ministre des affaires étrangères américain Mr Kerry lors des longues négociations de Genève 


 Après une diabolisation réciproque durant plus de 35 ans le récent accord signé entre les États-Unis et l’Iran reste porteur de grands espoirs malgré les réticences du Congrès et le refus total du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou venant s’ajouter à cela les conflits qui perdurent depuis plusieurs années en Irak, Syrie, Yémen et en Ukraine qui perd la Crimée, réintégrée à une fédération russe se réarmant de manière rapide et massive.

 

Selon le premier ministre israélien Netanyahou l’accord menacerait l’existence même d'Israël,  transformant l’Iran en puissance nucléaire, situation qui pourrait mener à une confrontation militaire aux conséquences désastreuses.  




La fin de l’isolement de l’Iran s’est produit de manière progressive et par étapes successives commençant par les accords de Genève sur le nucléaire signés en novembre 2013 et appliqués à partir du début 2014 pour une période de six mois en vue d’aboutir à un accord définitif prévoyant la levée des sanctions économiques sur l’Iran ; puis par l’accord-cadre de Lausanne concrétisé le mardi 14 juillet 2015 par celui de Vienne entre l’Iran et les cinq grandes puissances, Etats Unis, Grande-Bretagne, Chine, France, Allemagne et la Fédération de Russie.

 
 



Cet accord historique prévu pour une période de plus de 10 ans selon les dires de Mr Laurent Fabius, peut représenter une solution gagnant-gagnant menant à une stabilisation de la région du Moyen-Orient permettant aux États-Unis de redéployer ses forces militaires sur le front asiatique pour faire face aux menaces grandissantes russo-chinoises, rétablir la paix en Syrie et en Irak en envoyant l’armée de mercenaires de Daech vers une nouvelle destination pour une mission de destruction au Caucase ou en Algérie et créer une entité palestinienne tronquée des droits les plus fondamentaux voire une sorte de bantoustan omettant le droit au retour des réfugiés, le statut de Jérusalem et le devenir des implantations israéliennes de Cisjordanie.


Pour les Iraniens, il leur permettra de renflouer une économie chancelante causée par un embargo économique jugé illégal et injuste, poursuivre son programme nucléaire pacifique et reprendre sa place dans le concert des nations ; ce qui inquiète Netanyahu c’est que les États-Unis ne considèrent plus le nucléaire iranien comme une menace dans la région mais que l’Iran pourrait contribuer à sa stabilité s’étendant même jusqu’au sud-est asiatique, rôle que les israéliens ne peuvent plus assurer tenant compte des déboires enregistrés depuis le conflit de juillet 2006 avec le Hezbollah libanais voire bien avant.

  L’ouverture prometteuse de l’important marché iranien avec ses 77 millions de consommateurs potentiels peut être une aubaine pour sortir même partiellement de l’insoluble crise économique et financière supportée par un Occident en déconfiture voire en déclin;

La prochaine levée de l’embargo contre l’Iran promet d’être une nouvelle ruée vers ce qui peut être considéré comme l’eldorado iranien ; les hésitations des négociateurs d’hier se transforment en précipitation au coude à coude des pays occidentaux vers ce marché prometteur de miracles, chacun ne lésinant pas sur les propositions qui vont des S-300 aux centrales nucléaires (oui vous avez bien entendu «centrales nucléaires » !), aux usines clé en main, turbines à gaz, etc…, achat de gaz iranien pour les Européens qui multiplient l’envoi de leurs délégations commerciales à Téhéran  voyant par là une occasion à ne pas rater pour sortir de la dépendance envers la Russie ;

  
Les États-Unis ont été les premiers à prendre le devant pour un retour en force sur ce marché empiétant sur un embargo dont ils ont été les initiateurs, avec Boeing, General Motors etc…La France n’est pas en manque dans ce revirement puisque Peugeot contrôle déjà 30% du marché automobile ; même la Suisse reste de la partie car elle y a droit, Lausanne et Genève c’est bien en Suisse pardi !



D’autre part la position géostratégique de l’Iran reste un facteur déterminant pouvant contribuer à stabiliser une région destinée à être un carrefour de flux énergétiques (pipelines, gazoducs) plus importants dans les années à venir.

Mais il ne faut pas oublier la géostratégie des États-Unis fondée sur une domination qui se veut perpétuelle et qui ne cessera jamais son comportement unilatéral agressif par des décisions prouvant que leur accord avec l’Iran est une affaire tactique intégrée à cette stratégie globale contre ceux qu’ils considèrent comme l’ennemi durable, la Russie et la Chine ; ils se donnent une dizaine d’années pour sortir de la crise financière non encore résolue, d’un marasme économique qui perdure entrainant des millions de chômeurs et d’un dollar en crise ; une fois les effets de cette temporisation choisie obtenus, les vraies intentions relatives à ces accords avec l’Iran pourront être dévoilées.



L’erreur réside dans le fait que cette temporisation travaille pour tous car dans dix ans tous ces acteurs d’une tragi-comédie qui se concocte auront changé : la puissance industrielle et militaire iranienne la rendra invulnérable, celles de la Russie et la Chine pratiquement inattaquables si ce n’est déjà acquis ;



Les perdants incontestables sont l’Arabie Saoudite, Israël, la Turquie et les pays du Golfe qui ne voient pas d’un bon œil ces accords pressentant qu’ils vont se faire à leurs dépens et craignant une expansion du chiisme iranien et de sa main mise sur la région, diminuant par là-même leur influence ;


 la Turquie d’Erdogan sort perdante de ces accords vu le risque de création d’un état kurde qui menacera sa souveraineté sur une bonne partie de son territoire;

Israël qui perd son rôle d’agent de la région, habitué à se sucrer sans vergogne au passage avec un afflux continu d’armes américaines sophistiquées en contrepartie, l’Arabie Saoudite qui risque de plonger dans une guerre civile voire de subir une balkanisation de son territoire, les Palestiniens qui peuvent faire une croix sur la récupération de leur pays en obtenant dans le meilleur des cas un « bantoustan non viable parce qu’ingérable ».

 

Les réactions à venir du front d’opposition, Israël et Arabie Saoudite en tête, ajoutées à la stratégie secrète des États-Unis cachant mal ses véritables intentions quant aux accords sur le dossier nucléaire iranien pourra peut-être les remettre en cause à moyen ou long terme avec les risques que cela comporte pour toute la région où personne ne sera épargné tenant compte des conséquences imprévisibles et catastrophiques qu’un nouveau conflit pourrait entrainer et qui ressemblera plus à l’apocalypse qu’à une guerre classique passagère !

 

Posté par MBenMansour à 17:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juillet 2015

Le chaos syrien organisé par les pays de l'OTAN ...

 

Syrie : Témoignage sur le Chaos Organisé par les Pays de l'OTAN... - A Contre-Courant...

syrie obamaPour ceux qui s'intéressent au sort de la Syrie et de la région, mises à feu et à sang par des mercenaires et bandes d'assassins ramassés dans tous les bas-fonds d'Europe et d'ailleurs, armés, encadrés, par l'Occident et financés par les monarchies du Golfe, la conférence de la religieuse franco-libanaise Mère Agnès-Mariam de La Croix tenue à Paris le 7 juillet dernier est incontournable.

http://stanechy.over-blog.com

 

Les trois décennies de Bourguiba...

 

Tunecity : LES TROIS DECENNIES BOURGUIBA

Durant presque une décennie, de 1961 à 1970, la Tunisie a vécu un psychodrame : "l'aventure Ben Salah", du nom du ministre du Plan. C'était le "Socialisme destourien". En réalité, une politique autoritaire avec pour objectif la collectivisation de toute l'activité économique du pays.J'ai bien connu Ahmed Ben Salah (dès 1945) au Collège Sadiki d'où sortirent Bourguiba et la plupart des hauts cadres tunisiens.

http://www.tunecity.net

 

De beaux tableaux à voir ...

 

Lindenau Martin | Vos artistes

Le site www.vosartistes.com expose une collection d'œuvres d'art (Peinture, Sculpture, Arts d'exception...) Cet espace permet de les mettre en valeur et les présenter à la vente au niveau marocain et à l'international. Les grands noms de l'art pictural au Maroc y sont présentés, ainsi que les nouvelles tendances qui dynamisent notre monde artistique.

http://www.vosartistes.com

 

La bibliothèque virtuelle de Kabylie

 

La mort de Belkacem AMROUCHE (Fadhma Aïth Mansour)

Il faut savoir que toute ma vie j'ai tremblé pour lui, car il était sujet à des syncopes; sans raison apparente, il lui arrivait de se trouver mal - plusieurs fois à son bureau, un jour chez le dentiste - et il me racontait la chose à son retour à la maison.

http://timkardhit.hautetfort.com

 

Une idée de l'Algérie et ses dirigeants qui n'engage que son auteur ...

 

AHMED BENBELLA: 1er coup d'état de l'Algérie indépendante - nacerboudjou.over-blog.com/

BOUTEFLIKA pêche un gros poisson Qui pourrait être ce chef d'état de l'Algérie libérée, suffisamment complice au service de l'ALN et assez crédible pour se faire accepter par le peuple ? Les galonnés de cette armée ne voient que les cinq chefs du FLN : Hocine AIT AHMED, Mohamed BOUDIAF, Rabah BITAT, Mohamed KHIDER et Ahmed BEN BELLA, qui croupissent dans les prisons en France.

http://nacerboudjou.over-blog.com